Qu’est-ce que l’effet somatique – effet héréditaire – rayonnement ionisant – définition

Les effets biologiques des rayonnements sur les personnes peuvent être regroupés en effets somatiques et héréditaires. Les effets somatiques sont ceux subis par la personne exposée. Les effets héréditaires sont ceux subis par la progéniture de l’individu exposé. Dosimétrie des rayonnements

Les effets stochastiques des rayonnements ionisants se produisent par hasard, se produisant généralement sans seuil de dose. La probabilité d’apparition d’ effets stochastiques est proportionnelle à la dose mais la sévérité de l’effet est indépendante de la dose reçue. Les effets biologiques des rayonnements sur les personnes peuvent être regroupés en effets somatiques et héréditaires . Les effets somatiques sont ceux subis par la personne exposée. Les effets héréditaires sont ceux subis par la progéniture de l’individu exposé. Le risque de cancer est généralement mentionné comme le principal effet stochastique des rayonnements ionisants, mais les troubles héréditaires sont également des effets stochastiques.

Selon la CIPR:

(83) Sur la base de ces calculs, la Commission propose des coefficients de probabilité nominaux pour le risque de cancer ajusté au détriment de 5,5 x 10 -2 Sv -1 pour l’ensemble de la population et de 4,1 x 10 -2 Sv -1 pour les travailleurs adultes. Pour les effets héréditaires, le risque nominal ajusté au détriment dans l’ensemble de la population est estimé à 0,2 x 10 -2 Sv -1 et chez les travailleurs adultes à 0,1 x 10 -2 Sv -1 .

Référence spéciale: CIPR, 2007. Les recommandations de 2007 de la Commission internationale de protection radiologique. Publication 103 de la CIPR. Ann. ICRP 37 (2-4).

L’unité SI pour la dose efficace , le sievert , représente l’effet biologique équivalent du dépôt d’un joule d’énergie de rayons gamma dans un kilogramme de tissu humain. En conséquence, un sievert représente 5,5% de chances de développer un cancer. Notez que la dose efficace n’est pas conçue comme une mesure des effets déterministes sur la santé , qui est la gravité des dommages tissulaires aigus qui se produiront certainement, qui est mesurée par la quantité de dose absorbée.

Il existe trois catégories générales d’ effets stochastiques résultant de l’exposition à de faibles doses de rayonnement. Ceux-ci sont:

  • Effets génétiques . L’effet génétique est subi par la progéniture de l’individu exposé. Elle implique la mutation de cellules très spécifiques, à savoir les spermatozoïdes ou les ovules. Le rayonnement est un exemple d’agent mutagène physique. Notez que, il existe également de nombreux agents chimiques ainsi que des agents biologiques (tels que les virus) qui provoquent des mutations. Un fait très important à retenir est que le rayonnement augmente le taux de mutation spontanée, mais ne produit aucune nouvelle mutation.
  • Effets somatiques . Les effets somatiques sont ceux subis par la personne exposée . L’impact le plus courant de l’irradiation est l’induction stochastique du cancer avec une période latente de plusieurs années ou décennies après l’exposition. Étant donné que le cancer est le principal résultat, il est parfois appelé effet cancérigène. Les rayonnements sont un exemple de cancérigène physique, tandis que les cigarettes sont un exemple d’agent chimique causant le cancer. Les virus sont des exemples d’agents cancérigènes biologiques.
  • Les effets in utero impliquent la production de malformations dans les embryons en développement. Cependant, il s’agit en fait d’un cas spécial de l’effet somatique, puisque l’embryon / fœtus est celui exposé au rayonnement.

On pense que la plupart des effets somatiques résultant de l’exposition aux rayonnements se produisent de manière stochastique. Le modèle le plus largement accepté postule que l’incidence des cancers dus aux rayonnements ionisants augmente linéairement avec la dose de rayonnement efficace à un taux de 5,5% par sievert . Ce modèle est connu sous le nom de modèle linéaire sans seuil (LNT) . Ce modèle suppose qu’il n’y a pas de seuil et que le risque augmente linéairement avec une dose. Si ce modèle linéaire est correct, le rayonnement de fond naturel est la source de rayonnement la plus dangereuse pour la santé publique en général, suivi de l’imagerie médicale en deuxième position. Le LNT n’est pas universellement acceptécertains proposent une relation dose-réponse adaptative où de faibles doses sont protectrices et des doses élevées sont préjudiciables. Il convient de souligner qu’un certain nombre d’organisations sont en désaccord avec l’utilisation du modèle linéaire sans seuil pour estimer le risque d’exposition aux rayonnements environnementaux et professionnels à faible niveau.

……………………………………………………………………………………………………………………………….

Cet article est basé sur la traduction automatique de l’article original en anglais. Pour plus d’informations, voir l’article en anglais. Pouvez vous nous aider Si vous souhaitez corriger la traduction, envoyez-la à l’adresse: [email protected] ou remplissez le formulaire de traduction en ligne. Nous apprécions votre aide, nous mettrons à jour la traduction le plus rapidement possible. Merci